Rechercher
Rechercher

Yoga des hormones: une aide précieuse à la ménopause

L’article qui suit a été écrit par Emmanuelle Falcou, ancienne élève d’un stage de Yoga hormonal réalisé par Alia!

Chaque femme vivra un jour le passage obligé de la ménopause, et la diminution de la production d’hormones associées comme l’œstrogène. Nous le savons toutes, cette chute hormonale entraîne bien souvent des symptômes tels que des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des sautes d’humeur, des problèmes de sommeil et des douleurs articulaires. Pour pallier cela, Dinah Rodrigues, professeure de yoga brésilienne, a mis au point dans les années 90 une technique passionnante, le Yoga Hormonal Thérapeutique (YHT), qui est une alternative naturelle au traitement hormonal substitutif (THS). Son objectif est de relancer la production des hormones féminines.

Comment cela fonctionne-t-il?

Le YHT est composé d’une série de postures de yoga dynamique, de techniques de respiration, de circulation et d’accumulation d’énergie et de visualisation. Inspiré du kundalini, du hatha yoga et d’une pratique énergétique tibétaine, le « yoga des hormones » aide grandement à bien vivre la ménopause. Les postures et les techniques combinées réactivent les ovaires, la thyroïde, l’hypophyse et les surrénales, stimulent et équilibrent la production d’hormones. Elles sont associées à la respiration Bastrika, pranayama très puissant, qui va éveiller et activer l’énergie dans le bassin, notre immense réservoir de force vitale. Par ailleurs, les mouvements de contraction/détente du périnée ainsi que des muscles du petit bassin oxygènent de manière considérable les organes génitaux, et font circuler le sang, ce qui favorise la santé gynécologique. Pour terminer la séquence, deux pratiques visant à harmoniser les chakras et à nettoyer les nadis vont parfaire l’équilibrage énergétique et amener une détente globale de la pratiquante. Le Yoga hormonal aide donc à éliminer ou réduire les symptômes physiques et émotionnels causés par un déficit hormonal. Pour obtenir un résultat observable, il est nécessaire de pratiquer la séquence de 30mn régulièrement (2 à 5 fois par semaine). Après 3 mois de pratique régulière, les symptômes tendent à disparaître ou tout du moins se réduire considérablement. « Le niveau hormonal a eu en moyenne une augmentation de 254% en 4 mois, avec 30 minutes d’exercices, 16 jours par mois », affirme Dinah Rodrigues.

Mon expérience dans le domaine a été probante : j’ai appris le YHT en septembre 2022 avec une jeune professeure de yoga toulousaine : Alia Rama, qui a reçu la formation directement de Dinah Rodrigues. En République Tchèque, son pays d’origine, ce yoga est très utilisé pour aider les femmes à passer cette période de transition qu’est la ménopause. En un week end de stage, nous avons appris l’enchainement de postures, de concentrations et de souffles, et l’avons répété pour bien nous en imprégner. Malgré ce que l’on peut lire dans le livre de Dinah Rodrigues, cette série peut être assez exigeante physiquement au début pour des personnes peu accoutumées à la pratique sportive ou yogique, notamment celles qui connaissent peu leur schéma corporel. J’ai pu l’observer lors du stage.

Pour ma part, suite à cette formation, j’ai suivi et pratiqué cet apprentissage 2 à 3 fois par semaine. Très rapidement, les symptômes désagréables tels qu’insomnies et bouffées de chaleur se sont estompés. Depuis, je pratique régulièrement, comme un traitement médical dont je serais partie prenante, que je peux doser selon les besoins que je ressens, et qui m’apporte la grande satisfaction d’éviter la prise d’hormones de synthèse.

Le YHT représentant une alternative intéressante aux traitements médicamenteux classiques, il peut également être utilisé pour des personnes souffrant d’endométriose, d’infertilité, de syndrome prémenstruel. Pour faire le lien avec le Yoga au sens large, la finalité première de cette discipline n’est pas thérapeutique. Cependant l’expérience et l’observation ont montré depuis longtemps, et la plupart des pratiquants le reconnaissent, que la pratique du yoga améliore la santé en harmonisant le corps avec l’esprit. L’idéal serait que le travail en yoga, et notamment thérapeutique, se fasse en partenariat avec le ou les soignants et particulièrement les gynécologues et sages femmes. C’est ce qui se passe déjà dans certains hôpitaux, où, considérée comme un « soin de support », la pratique du yoga est intégrée aux protocoles de prise en charge de certaines pathologies. Les professeurs de yoga sont de plus en plus nombreux à se former à la yogathérapie.

Une étude menée en septembre 2013 par des chercheurs américains, qui cherchaient à explorer les bienfaits de diverses techniques naturelles pour lutter contre les effets secondaires de la ménopause, a conclu que le yoga n’avait pas d’efficacité pour lutter contre les bouffées de chaleur (contrairement au sport qui tendrait à les réduire), mais qu’il avait pour le coup un effet positif sur la qualité du sommeil et la dépression qui peuvent y être associés.
Voilà de belles perspectives pour qui souhaite prendre en main sa santé de manière holistique, et jouer un rôle actif dans son mieux-être !

Sources:

ARTICLE ÉCRIT PAR EMMANUELLE FALCOU – 10/05/2023

Vous aimez cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest

Vous aimerez aussi...

Yoga Hormonal : Cours particuliers

Avez-vous déjà ressenti les défis persistants des déséquilibres hormonaux, mais cherchez une solution personnalisée ?Le Yoga Hormonal offre une approche naturelle et puissante pour aborder

Lire la suite »